1

 

La dernière fois, je vous ai emmenés visiter l’abbaye de la Chaise Dieu au travers d’un très long billet. C’est tout ce que j’ai pu visiter de l’ensemble des bâtiments abbatiaux qui datent de l’époque mauriste (XVIIe siècle). Pour la suite de la visite, il faut passer par l’office de tourisme, où j’ai été refoulée, n’ayant pas de pass sanitaire. Mais cela ne m'a pas empêchée de m'instruire sur ce que j'ai manqué, afin de le partager avec vous.

De ces bâtiments, seuls les remparts, l’hôtellerie des moines et la maison de l’abbé ont été détruits.

Au XIXe siècle, ils ont été soit privatisés soit utilisés par l’administration.

En 2018, une vaste campagne de réhabilitation a été entreprise par le Conseil Général, la commune, l’État… pour les restaurer et leur attribuer un nouvel usage. Certains restent libres d’accès, la plupart sont intégrés aux circuits payants proposés par le Syndicat mixte du Projet Chaise-Dieu.

Voici une maquette de l’abbaye au début du XVIII :

 

 PANO-Maquette-et-trésor-bbatiale-Maquette-et-trésor-3-ChaiseDieu-Abbatiale-Maquette-et-trésor-015-ChaiseDieu-Abbatiale-Maquette-et-trésor-017-2-1024x767

ens

En jaune sur le plan : lieux religieux

  1. Nef de l’église abbatiale
  2. Chœur des moines avec le tombeau de Clément VI
  3. Danse macabre (XVe siècle)
  4. Jubé
  5. Grand escalier (XVIIIe siècle)
  6. Tour Clémentine
  7. Cloître
  8. Vestibule
  9. Bibliothèque

En rouge sur le plan : les habitations et lieux de vie

  • 10. Maison du cardinal de Rohan
  • 11. Hôtellerie
  • 12. Cuisines et dépendances
  • 13. Réfectoire
  • 14. Dortoirs et cellules (chambres) des moines
  • 15. Infirmerie

En vert sur le plan : Annexes

  • 16. Greniers, granges, écuries, ateliers

En 1790, au moment de fermer l’abbaye désertée, le prieur Pierre Terrasse signe le 20 mars 1790 une Déclaration générale de tous les biens meubles et immeubles du monastère de La Chaise-Dieu qui décrit ainsi le lieu :

Le monastère de La Chaise-Dieu est situé à l’extrémité de la ville à laquelle il a donné naissance. Les bâtiments qui en dépendent consistent :

– en une grande, vaste et belle église dont le frontispice est remarquable par son architecture et un perron à deux plafonds de vingt-quatre marches chacun, formant au premier repos une plateforme superbe qui embrasse toute a largeur dudit frontispice et des deux tours servant de clochers dont il est flanqué ;

– en deux grands corps de logis réunis ensemble et formant un équerre, ayant un pavillon saillant à l’extrémité de chaque aile, et de trois étages. Ces deux bâtiments réunis servent de logement aux religieux. Dans le premier étage de l’un son les chambres d’infirmerie et dans les bas de l’autre est une chapelle domestique où reposent les cendres de M. Soanen, évêque de Senez ; (n° 14 sur le plan)

– en un autre corps de logis destiné aux étrangers, ayant vue d’un côté sur la cour d’entrée et de l’autre sur le cloître aux deux côtés duquel sont le réfectoire à droite et la bibliothèque à gauche. (n° 11)

Dans la principale cour, ornée d’une fontaine en jet d’eau, il y a une boulangerie, une petite tour ronde servant de colombier et un très vaste hangar pour mettre le bois de chauffage et le bois de construction.
Dans l’arrière-cour sont deux bâtiments assez vastes formant des greniers à blé, à foin, à paille, au-dessous des écuries est un magasin pour le bois de travail (n°16). Il y a aussi une tour carrée à six étages appelée la tour de Clément VI (n° 6) parce que c’est Clément VI, religieux et fondateur de la maison, qui l’a faite bâtir, ainsi que l’église. Dans cette tour sont encore entre autres le trésor de l’église et le chartrier de la maison. Il y a encore dans cette arrière-cour un hangar pour mettre les charrettes.

Les cours et les bâtiments occupent une surface de terrain de trois mille six cent toises carrée (une tise équivaut à environ trois mètres carrés) ou, ce qui est la même chose, deux septerées (environ 63 ares). Derrière les murs de la principale cour sont encore trois parterres ayant chacun un petit pavillon. Au midi de cette même cour est le jardin potager d’une septerée et demie, à la suite duquel est un enclos formant un pré de quatre septerées, y compris les allées plantées en arbres de haute futaie au nombre de 435 gros et petits. Ce jardin et enclos sont entourés d’un mur à chaux et à sable.

Voici ce que sont devenus ces lieux.

Du côté du bourg, la place de l'église :

 

Gd-escalier-depuis-la-place-rog

 

L’entrée de l’église par le grand escalier. À gauche, on voit l’angle de la maison du Cardinal.

Les pèlerins venant prier sur le tombeau de saint Robert et les voyageurs voulant demander l’hospitalité aux moines se retrouvaient sur la place en contrebas de la façade et du grand escalier. La fontaine leur permettait de se désaltérer après une route que l’on imagine fatigante. Celle que nous voyons actuellement date de 1609. Elle servait naturellement aux casadéens.

Le grand escalier

Les bâtiments abbatiaux que l’on voit de cette place datent du début du XVIIIe. L’escalier que l’on emprunte pour accéder à l’église n’est pas du tout celui voulu par Clément VI, qui était droit et simplement de la largeur du portail. Celui-ci date de 1758. Il compte 44 marches. Son aspect théâtral s’harmonise avec les proportions majestueuses de la façade. Construit dans le même matériau, les pierres de taille de granit lui permettent de s’intégrer parfaitement, malgré un écart de 400 ans.

La maison du cardinal, accolée à l'abbaye :

 

119664841

 

Cette maison qui ne figure pas sur la maquette, est collée à la façade. Elle a été construite très rapidement pour loger le cardinal de Rohan, abbé comandataire exilé par le roi en son abbaye de La Chaise-Dieu après le scandale du collier de la reine en 1786, et que les moines ne voulaient pas recevoir en clôture. Non seulement le mur de l’abbatiale est mitoyen mais un contrefort s’avance dans les pièces. L’intérieur était très élégant, avec des parquets marquetés, aujourd’hui disparus.

Aujourd’hui, cette maison abrite les bureaux du Festival de musique.

Le porcheLe porche qui suit donnait sans doute accès à une halle. Les pilastres qui subsistent supportaient des voûtes. L’escalier de mauvaise facture qui a été rajouté permet d’arriver dans le cloître par une simple percée, sans porte.

Le bureau de l’office du tourisme est au sommet de cet escalier couvert, ainsi que la boutique du Syndicat mixte du Projet Chaise-Dieu. C’est de là que commencent les visites payantes du site.

L'église abbatiale

Selon la règle de Saint-Benoît que la communauté des moines de La Chaise-Dieu suivait, les moines se retrouvaient sept fois par jour et une fois dans la nuit dans l’église abbatiale afin de chanter l’office divin. Ils arrivaient et sortaient de l’église par le collatéral sud et le vestibule où ils mettaient et enlevaient leurs coules, c’est-à-dire leur habit de chœur.

Du vestibule, en fonction de l’heure de la journée, ils regagnaient soit le dortoir (n° 14) au deuxième étage de l’aile appelée aujourd’hui de l’Écho, en empruntant les grands escaliers (n°5) à leur gauche, soit le réfectoire (n°13) en sortant dans le cloître (n°7), soit leurs différents offices dont la bibliothèque (n°9) qui est au dessus du cloître et par laquelle on arrive en empruntant le grand escalier (n°5).

Les bâtiments de l’abbaye sont distribués autour de trois grandes « cours » : le cloître, la cour des greniers, aujourd’hui place La Fayette, et la place de l’Écho.

Le cloître

 

IMG_1405-980x500

la-chaise-dieu-15288-12_w800

la-chaise-dieu-15288-13_w800

 

Le cloître est le centre du monastère. Celui de La Chaise-Dieu n’a plus que deux côtés : au nord, donnant accès à l’église et à l’ouest, longeant l’hôtellerie. Il faut imaginer le côté sud longeant le réfectoire et le côté est donnant accès aux dortoirs et cellules. Ils ont été détruits d’abord par un incendie peu avant la Révolution, puis par simple vandalisme au cours du XIXe. Construit au XVe et achevés par l’abbé Jacques de Saint-Nectaire au XVIe, ce cloître remplace l’ancien cloître roman voulu par saint Robert.

Dans l’angle sud-ouest, on voit l’emplacement du lavabo qui servait aux ablutions des moines avant d’entrer au réfectoire dont on aperçoit la porte. Juste à l’entrée de ce réfectoire, les pierres des cheminées des cuisines sont encore visibles. Le réfectoire lui-même est devenu, au XIXe siècle, une chapelle : la chapelle des Pénitents.

 

La chapelle des Pénitents

 

P7030003-225x300

 

La chapelle des Pénitents à la fin des travaux de restauration en 2008

La chapelle des Pénitents occupe le côté sud du cloître. L’ancien réfectoire des moines a été construit sous l’abbatiat de l’abbé Jacques de Saint-Nectaire dont on voit les armes sur les clés de voûte. Il a été converti en chapelle au XIXe à l’usage de la confrérie des Pénitents blancs. Sur la tribune, sont exposés des symboles de la passion du Christ, utilisés chaque Vendredi Saint par les Pénitents pour la cérémonie de la Passion. Aujourd’hui, la chapelle des Pénitents sert d’église paroissiale l’hiver car elle est plus facile à chauffer que l’abbatiale. Elle a été restaurée en 2007-2008. Un chemin de croix peint par Robert Falcucci orne les murs de la chapelle.

La bibliothèque

 

Trésor-doc-petit-450x600

 

La bibliothèque des moines en 2010, à l’époque où elle était la « salle du Trésor » de l’abbaye.

Vaste salle gothique au-dessus de la galerie nord du cloître, la bibliothèque compte cinq fenêtres avec un pupitre en pierre sous chacune de ces fenêtres. De 2001 à 2014, les Amis de l’abbatiale ont pu y exposer le Trésor de l’abbaye.

Aujourd’hui, cette pièce n’est pas encore visible.

L’hôtellerie

« Tous les hôtes qui arrivent seront reçus comme le Christ » Règle de saint Benoît

Pour accueillir leurs hôtes, les bâtiments de l’aile ouest étaient réservés à l’hôtellerie et aux cuisines

Au XIXe, cette aile ouest a servi d’école et de mairie. La mairie a quitté le lieu au début des travaux de restauration, bien après l’école.

Aujourd’hui, elle abrite au rez-de-chaussée les salles casadéennes, lieu d’expositions gratuites, au premier le bureau d’information touristique, la boutique du Syndicat mixte Projet Chaise-Dieu, la « loge du pape Clément VI », première étape du circuit de visite du Syndicat mixte installée dans les anciennes cuisines du monastère. Ce premier étage est de plain-pied avec le cloître.

Au second ont été aménagés les bureaux du Syndicat mixte et les loges des artistes du Festival.

La place La Fayette

 

Auditorium-4

 

 Autrefois « cour des greniers des moines », cette cour, dans laquelle nous pénétrons est aujourd’hui appelée place La Fayette, du nom de Gilbert Motier, seigneur de La Fayette, compagnon de Jeanne d’Arc qui s’illustra pendant la guerre de Cent Ans. Le roi Charles VII le fit maréchal de France. Il mourut en 1463 et fut enterré dans l’abbatiale de La Chaise-Dieu. Une plaque murale à gauche de l’autel de la Vierge du jubé rappelle cette sépulture. C’est un ancêtre du célèbre marquis.

Au nord de la place, dans les bâtiments assez simples du XVIIIe qui servaient de granges un auditorium a été aménagé. Les travaux ont été conduit par Stefan Manciulescu, architecte en chef des Monuments Historiques. Cet auditorium a été inauguré en juin 2010 et a reçu le nom d’Auditorium Cziffra en mémoire du célèbre pianiste à l’origine du Festival de Musique. L’Académie de musique de La Chaise-Dieu et le Festival y donnent des concerts et de nombreuses activités s’y déroulent tout au long de l’année pour la plus grande joie des Casadéens.

Façade de l’auditorium

La salle de l’écho

 

la-chaise-dieu-15288-11_w800

 

Au sud, dans l’aile des dortoirs, se trouve la fameuse salle de l’écho à l’acoustique si particulière. Elle est intégrée dans le circuit des visites du Syndicat mixte Projet Chaise-Dieu.

La tour Clémentine

 

Chevet-de-labbatiale-doc-petit

 

À l’ouest de la place, se trouvent le chevet de l’église et la tour Clémentine.

La construction de cette tour est postérieure à celle de l’église. Elle a été achevée par le pape Grégoire XI, neveu de Clément VI, à la fin du XIVe. On trouve les armes des deux papes sur la façade. Il ne s’agit pas d’un donjon, pas plus que l’abbaye n’est une forteresse ; mais son caractère défensif est évident. Les moines s’y réfugièrent quand l’abbaye fut envahie et saccagée par les Huguenots en 1562 et purent résister plusieurs jours grâce au puits et au four aménagés dans ce qui est aujourd’hui la sacristie au rez-de-chaussée. La tour compte trois autres salles, une à chaque étage. Ces salles ne sont pas aménagées et sont accessibles par un étroit escalier en colimaçon. Enfin, un chemin de ronde couvert couronne l’ensemble. C’est la copie d’une des tours du Palais des Papes d’Avignon.

Chevet de l’abbatiale avec la tour Clémentine

La rue de l’aumône

Dans le prolongement des granges, la rue qui rejoint le centre du bourg s’appelle « rue de l’aumône ». C’est un rappel de la tradition de charité qui régnait à l’abbaye. Là, le frère en charge de la charité, l’aumônier, accueillait les pauvres qui se présentaient chaque jour à la porte qui fermait la rue et leur distribuait du pain.

Ce parcours permet d’admirer les contreforts de l’église (il n’y a pas d’arc-boutants) et la hauteur exceptionnelle des fenêtres qui laissent entrer la lumière dans l’église.

La porte du For

Les moines vivaient en clôture, à l’écart du monde. Il reste peu de traces des murs et des tourelles qui entouraient l’abbaye. Ne subsiste qu’une des portes d’entrée, celle dite du For 4, par laquelle entraient les marchandises livrées dans la cour où se trouvaient les granges et les étables.

La place de l’Écho

 

14

15 (2)

 

Les anciens dortoirs des moines

Les deux bâtiments qui forment un L ont été reconstruits au XVIIe siècle par les mauristes et abritaient les dortoirs des moines et l’infirmerie aux XVIIe et XVIIe siècles. Le plan de l’abbaye de 1643 montre que la place n’existait pas. Au centre se trouvait l’infirmerie et sa chapelle, dont des fouilles en 2004-2005 ont retrouvé les fondations. Il y avait également les cellules des moines robertiens qui refusaient d’intégrer la Congrégation Saint-Maur pour rester fidèles à la règle bénédictine telle qu’elle était vécue à La Chaise-Dieu. Ce qui est représenté comme des remparts sur la maquette était encore des granges et des écuries.

Aujourd’hui, le bâtiment ouest est divisé en plusieurs habitations privées. C’est là que se trouve le Prieuré des frères de Saint-Jean.

Le bâtiment au nord a été entièrement restauré. Au rez-de-chaussée, la chapelle grégorienne existant sur les plans a été retrouvée. En effet, une fois détruites les modifications apportées par les propriétaires pour transformer les lieux en maisons individuelles, il est apparu que les voûtes existaient toujours, certaines avec leur décor. Restauré, cet espace abrite aujourd’hui les tapisseries de chœur dans des conditions optimales de lumière et d’humidité. Dans la deuxième partie du bâtiment, après le porche, se trouve le fac-simile de la danse macabre et la salle de l’écho.

 

16

 

J'ai quand même visité la ville qui offre quelques jolies curiosités et de bien jolies anciennes échoppes. Je vous montre.

 

La Chaise Dieu (15)

La Chaise Dieu (16)

La Chaise Dieu (17)

 

En plein été, plein de champignons des bois...

 

La Chaise Dieu (18)

La Chaise Dieu (19)

La Chaise Dieu (20)

La Chaise Dieu (21)

La Chaise Dieu (22)

La Chaise Dieu (23)

La Chaise Dieu (24)

La Chaise Dieu (25)

La Chaise Dieu (26)

La Chaise Dieu (27)

La Chaise Dieu (28)

La Chaise Dieu (29)

 

Voilà, j'en ai fini avec la Chaise Dieu. En espérant que cela vous aura plu, même si je n'ai pas pu tout vous montrer.

A bientôt pour la suite. Eh oui, je n'ai pas fini avec le résumé de mes vacances... Du moins si vous voulez bien continuer à me suivre.

 

Je vous fais de gros bisous.

 

La Chaise Dieu (30)

 

La Chaise Dieu (31)