1

 

Coucou tout le monde, comment ça va ? Mine de rien mes quelques jours passés en Haute-Loire, se prolongent en billets. Comme quoi, en peu de temps, on peut voir de nombreuses choses

Aujourd’hui, je vous ramène à Brioude pour la suite de la balade.

 Juste à côté de la basilique Saint Julien se trouvent les anciennes halles aux grain de Brioude.

 

2

 

Suite à l’écroulement de la Halle aux blés (1860), une nouvelle Halle aux grains voit le jour en 1887. Elle servira durant de longues années de marché couvert mais aussi de lieu d'animation. En 1992, cette même Halle aux Grains est entièrement rénovée et transformée en salle de spectacle.

La Halle aux Grains, accueille différentes initiatives culturelles, avec, en face l’office de tourisme.

 

3

4

5

6

 

Lorsqu’on se promène dans la ville, on tombe sur nombre d’échoppes anciennes, de jolis bâtiments. Je vous laisse juger :

 

7

8

9

10

11

 

Là, on passe devant la Maison de Mandrin où le contrebandier célèbre fit son coup de main sur l’entrepôt royal des tabacs en 1754, qui participe également aux évènements artistiques brivadois.

La maison se compose de deux bâtiments communiquant intérieurement. Le plus premier a été construit au début du XVIème siècle, à la place de la tour flanquant une des portes de l'enceinte claustrale du XIIème siècle. La maison, s'élevant sur deux étages, comporte plusieurs fenêtres dont une baie triple à encadrement gothique. A l'intérieur, une grande pièce voûtée d'ogives avec des clés de voûte en plâtre portant les armoiries d'un chanoine de la famille de Langeac. La maison comprend une autre pièce voûtée d'ogives, ainsi qu'une salle couverte d'un plafond à la française. Au premier étage, une chambre a été dotée au XVIIème siècle d'un décor de boiseries, cheminée, trumeau en stuc. Au XIXème siècle, lors de la construction d'une maison à l'emplacement de la cour de la maison, cette dernière fut rattachée au petit bâtiment accolé à l'ouest. L'édifice, sur deux niveaux, présente une façade à encorbellement en briques et pans de bois avec des consoles ornées de sculptures atlantes réalisées vers 1940.

Louis Mandarin (1725-1755), dit Bonne Humeur, n’a jamais vécu dans cette maison, mais il y négociait du tabac, avec le responsable de l’entrepôt, en 1754, et qu’il dévalisa, en la seule journée du 26 Août. Par contre, en raison de la popularité de ce chevaleresque contrebandier, à la tête d’une armée de plus de 200 hommes, l’ensemble, des bâtiments, du XVIème siècle, est inscrit au Monuments Historiques, depuis 2003. Cette maison est désormais, propriété municipale et est gérée, depuis 1990, en tant que galerie d’art et propose des expositions d’arts plastiques, de peintures et des mini-concerts. C’est également, un centre culturel avec la société savante de l’Almanach de Brioude qui y tient de réunions d’étude sur l’histoire.

Elle fut construite entre le XIIème et le XVIème siècle.

On peut notamment observer, de l’extérieur, la façade à encorbellement en briques et pans de bois, la porte de la Ganivelle et des fenêtres à baie triple à encadrement gothique, et à l’intérieur, une pièce voûtée d’ogives portant encore des armoiries (pour l’intérieur, photos du Net).

 

12

13

12

Un peu plus loin, L’ancien hôtel Gueffier de Talairat, du XVIIème siècle.

Rien n'est connu des origines de cet hôtel dont la construction ne doit pas remonter au-delà de la fin du 16e siècle. Une grille ferme la cour intérieure dont deux tours et une tourelle en encorbellement marquent l'entrée. Une porte sous fronton s'y remarque, avec menuiserie à la décoration sculptée. Composition dissymétrique de la décoration de la porte. Tympan sculpté aux armes des barons de Talayrat. La porte d'accès à la cour intérieure a reçu une ornementation différente. Trois étages de panneaux supportent un panneau à colonnettes formant judas.

Au premier étage subsistent des portes Louis XV avec mouluration et ferrures, mais on ne peut les voir, le bâtiment étant privé. Le salon de façade a été réalisé selon la mode Empire avec des colonnes cannelées corinthiennes supportant entablements et corniches de stucs bleus et blancs.

 

14

15

16

Poursuivons notre visite, qui, en fait, tourne autour de la basilique.

 

17

18

19

20

21

22

On découvre les maisons Canoniales, anciens hôtels particuliers des chanoines de Brioude et les maisons à pans de bois, procédé de construction d’usage général au Moyen Age. Le pan de bois naturellement présent dans le centre de la ville est un élément caractéristique de l’architecture des XIV° et XV° siècles. La plupart de ces maisons relèvent une survivance, au cours du XVI° siècle, de l’esprit médiéval. A cette époque, la plupart des maisons devaient être construites en pans e bois. Par sa souplesse d’utilisation, le bois assure toute l’ossature d’une construction comme il peut n’en constituer qu’une partie, une façade arrière, un étage, un pignon.

 

23

page

24

25

26

27

28

29

 

Je termine ici la visite de Brioude.

Il me reste juste un endroit à vous montrer, le but de ma visite…

Mais ce sera pour la prochaine fois !

 

Bisettes

 

74634025_p

 

30